Martinique

Le moustique Aedes aegypti, vecteur de maladies

Actualité
Date de publication
Visuel
Risque DE L4été -arborviroses
Aedes aegypti peut être vecteur de maladies comme le Zika, la Dengue et le chikungunya.
Lutter contre sa prolifération est une des missions de santé publique des Agences régionales de santé, en lien avec les Collectivités locales.
Corps de texte

Un moustique bien implanté en Martinique

Aedes aegypti  vecteur de Dengue, Chikungunya et Zika, est présent dans notre région. Il y a donc un risque permanent d’une circulation de ces maladies. En effet, Aedes aegypti  peut s’infecter avec un virus lorsqu’il pique une personne contaminée. Il  devient ainsi capable de transmettre la maladie dans le proche voisinage en piquant des personnes saines.

Le CEDRE/LAV (Centre de Démoustication et de Recherche Entomologique/lutte anti vectorielle) sur le terrain

Pour limiter le risque de transmission de ces maladies, le CEDRE/LAV, structure commune de l’Agence Régionale de Santé et de la Collectivité territoriale de Martinique intervient quotidiennement.

Le dispositif de surveillance repose sur trois grands axes : la détection précoce de la présence de ces moustiques vecteurs, une surveillance des cas humains de maladies qu’ils véhiculent (dengue, Chikungunya, Zika…) en lien avec l’Institut de veille sanitaire, et une sensibilisation des personnes résidant dans les zones où ces moustiques sont présents et actifs.

Mesures individuelles et collectives

En matière de prévention collective, la lutte communautaire vise à supprimer les gîtes larvaires à l’intérieur et autour de son habitat : les zones d’eau stagnante comme les réserves d’eau, les vases à fleurs, les dessous de pots, les déchets, les gouttières, etc.

C’est le moyen le plus efficace pour diminuer la densité de moustiques.

Des gestes simples pour éviter la prolifération

Pour lutter contre sa reproduction, il faut supprimer les lieux de ponte et de repos par des gestes simples ! Les produits anti-moustiques (insecticides, répulsifs) ne suffisent pas.

●    Supprimer les gîtes larvaires potentiels, c'est-à-dire supprimer toute eau stagnante au domicile et autour, entretenir les espaces extérieurs, évacuer les feuilles mortes dans les gouttières

●    Vider les vases, les soucoupes des pots de fleurs ou les remplir de sable humide.

●    Supprimer ou vider régulièrement les petits récipients pouvant contenir de l'eau dans les jardins.

●    Couvrir les bidons de récupération d'eau de pluie pour les rendre inaccessibles aux moustiques (les couvrir d'une moustiquaire ou d'un tissu fin), retourner les arrosoirs.

●    Prévoir une pente suffisante pour que l'eau ne stagne pas dans les gouttières et les curer pour veiller à la bonne évacuation des eaux de pluie.

●     Ranger à l'abri de la pluie tous les stockages pouvant contenir de l'eau : pneus, bâches plastique, jeux d'enfants, mobilier de jardin, pieds de parasols…

Ces gestes simples réduisent efficacement le risque de présence du moustique à proximité du domicile. Ils sont indispensables pour limiter la prolifération des moustiques et pour protéger votre entourage