Martinique

Lutte contre les déserts médicaux : le ministère de la santé renforce les moyens

Actualité
Date de publication
Visuel
Pacte territoire santé
Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, renforce encore les moyens dédiés à la lutte contre les déserts médicaux. Concrètement, pour inciter davantage de médecins généralistes à s’installer dans les territoires qui en ont le plus besoin, les critères de sélection des zones bénéficiant d’aides ont été revus.
Corps de texte

Des critères affinés pour définir les territoires bénéficiant d'aides

Jusqu’à présent, les territoires étaient définis uniquement en fonction du nombre de médecins par habitants. Désormais, les territoires bénéficiant d’aides seront définis en fonction de plusieurs critères :

  • les besoins de soins en fonction de l’âge des habitants ;
  • le temps d’accès par la route vers le médecin généraliste ;
  • le volume d’activité des médecins ;
  • l’âge des médecins pour tenir compte des départs prévisibles à la retraite.

Cette nouvelle méthode permet de définir plus précisément les besoins de la population par territoire et de réduire les inégalités d’accès aux soins sur du long terme.

Concrètement, la population couverte par ce dispositif va plus que doubler.

Depuis 2012, le Gouvernement agit pour lutter contre les déserts médicaux et réduire les inégalités d’accès aux soins, notamment à travers le Pacte territoire santé et la loi de modernisation de notre système de santé.

Réduire les inégalités territoriales et sociales d'accès aux soins

Les agences régionales de santé sont au premier plan pour mettre ces mesures en oeuvre, avec leurs partenaires (représentants de professionnels de santé, élus locaux...) :

  • maisons pluriprofessionnelles de santé
  • contrats d'engagement de service public
  • contrats de praticien territorial de médecine générale
  • médecins correspondants du SAMU
  • numerus clausus

La mise en oeuvre du Pacte Territorial Santé en Martinique

L’offre de soins ambulatoire étant  insuffisamment développée en région, avec une acuité particulière pour les territoires du nord. Aussi, l’ARS Martinique et ses partenaires ont mis l’accent sur le développement du travail en équipe via les structures d’exercice coordonné : entre 2012 et 2015 en renforçant notamment l’offre ambulatoire 

 

Accompagnement des structures d’exercice coordonné

  • Ouverture d’une annexe du Centre de Santé de la SHM à Saint Pierre au 1er trimestre 2015
  • Ouverture d’une Maison de Santé Pluriprofessionnelle (MSP) à Basse Pointe en 2011, fermée suite au départ d’un des 2 médecins prévus statutairement mais remplacée depuis fin 2015 par un Centre de Santé sur Basse Pointe
  • Mise en place d’un Centre Périnatal de Proximité à Basse Pointe en lien avec la PMI en 2014
  • Labellisation d’une MSP à Sainte Marie en décembre 2016

Soutien à l’installation et à l’exercice libéral

  • Installation d’un Praticien Territorial de Médecine Général à Case Pilote accompagné pendant la montée en charge de son activité au cours de sa première année d’installation
  • 4 contrats « démographie médicale » signés par la CGSS avec 3médecins du Morne Rouge et 1 de Basse Pointe (contrat résilié par l’AM suite à un défaut des critères du médecin concerné)

 

Aller plus loin

Liens utiles

Bloc Liens Utiles

Un renforcement des moyens...

Depuis 2012,  pour lutter contre les déserts médicaux et réduire les inégalités d’accès aux soins,ont été mis en place les Pactes territoire santé 1 et 2 et la loi de modernisation de notre système de santé avec :

  • près de 900 maisons de santé pluri professionnelles (cinq fois plus qu’en 2012) ;
  • près de 1800 contrats d’engagement de service public (CESP) signés ;
  • près de 800 contrats de praticien territorial de médecine générale (PTMG) signés ;
  • 580 médecins correspondants du SAMU permettent à 1 million de personnes de plus d’accéder à des soins urgents en moins de 30 minutes (4 fois plus qu’en 2012) ;
  • un numerus clausus régional augmenté dans les régions à faible densité médicale.