Martinique

Les algues sargasses une nouveau phénomène sanitaire

Article
Visuel
algues sargasses environnement
Des algues provenant de la haute mer s’échouent sur les côtes martiniquaises. Une fois mortes, elles entrent en putréfaction et les gaz générés peuvent présenter des dangers pour le public.
Corps de texte

Ce phénomène est la conséquence d’une nouvelle organisation des courants marins parcourant l’Atlantique dans l’hémisphère nord. Les algues suivent des courants marins qui les dirigent sur les côtes martiniquaises, en particulier vers la zone atlantique.

Ces algues ne sont pas toxiques en elles-mêmes. Mais elles meurent une fois échouées sur les plages. Des dégagements importants de gaz se créent lors de leur putréfaction, notamment de sulfure d’hydrogène. Cela peut provoquer des nuisances olfactives et des troubles sanitaires.

Les dépôts d’algues sur les côtes martiniquaises se présentent sous 3 formes :

●      Des algues sèches en fond de plage : elles ne semblent pas présenter de danger ;

●      Des algues jaunes dans l’eau : les algues vivantes ne présentent pas de danger particulier en elles-mêmes ;

●      Des algues situées sur la zone de sable mouillé : ces algues s’amassent, forment des tas qui entrent dans un processus de putréfaction à l’origine de dégagement de gaz source de nuisances.

Une campagne de mesure des quantités de sulfure d’hydrogène présentes dans l’air a été entreprise sur les communes les plus touchées.

Elles ont révélé que certains dépôts d’algues en décomposition peuvent occasionner des risques pour la santé.

Des doses peuvent avoir pour effet une irritation des yeux (conjonctivite, gène à la lumière vive) et des voies respiratoires (rhinite, enrouement, toux, douleur thoracique).

Les personnes asthmatiques y sont particulièrement sensibles, ainsi que les jeunes enfants et les femmes enceintes.

Les municipalités concernées entreprennent des opérations de nettoyage. Les priorités sont fixées sur les zones d’habitation et les plages les plus fréquentées.

Il est également déconseillé de :

●      fréquenter les plages sur lesquelles persistent des tas d’algues en décomposition, et de rester à proximité de ces algues.

●      manipuler sans précautions les algues en cours de putréfaction ou de les piétiner.

Lorsque les opérations de ramassage seront en cours, des zones interdites au public seront balisées et devront impérativement être respectées.

Les recommandations peuvent évoluer en fonction des évolutions de la situation et des connaissances.