Martinique

Lutte contre les drogues et les conduites addictives

Article
Visuel
Image Source
Visuel de cigarettes & médicaments
Crédit : Fotolia
Tabac, alcool, drogues, les conduites à risque notamment chez les jeunes représentent une réelle préoccupation pour l'ARS Martinique, qui a conduit à faire des « addictions » une des priorités majeures de santé publique.
Corps de texte

Afin d’amorcer la lutte sur le terrain  un Plan régional de lutte contre les drogues et les conduites addictives a été rédigé afin de fixer un cadre et d’orienter les actions.

Les conduites addictives en Martinique 

En Martinique, l’alcool constitue le produit psychoactif le plus consommé : on trouve 5% de consommateurs quotidiens. Par ailleurs, on compte 15% de fumeurs quotidiens. Quant aux drogues illicites, le cannabis et le crack sont les produits les plus consommés.

Le Plan régional de lutte contre les drogues et les conduites addictives 2015-2017 de la Martinique.

Élaboré en 2015, ce plan a pour but d’identifier des leviers stratégiques à la lutte contre les drogues et les conduites addictives. Les actions qui en découlent sont mises en œuvre par les acteurs concernés et compétents, dont l’ARS Martinique, acteur incontournable dans le domaine des addictions puisqu’elle est le pilote en matière de santé publique dans la région.

 

Les 5 publics prioritaires :

  • Les enfants et les jeunes (de 6 à 25 ans) ;
  • Les femmes (y compris les femmes enceintes) ;
  • Les populations vulnérables (exclus, détenus, sortants de prison, personnes ayant des troubles comorbides) ;
  • Les familles.

Le plan est structuré en quatre axes majeurs. L’ARS est fortement impliquée sur les 3 premiers axes :

  • Renforcer l’information et la communication pour sensibiliser la population et réduire l’effet de banalisation de la consommation des drogues, ainsi pour valoriser l’offre de santé.
  • Augmenter la qualité et l’efficacité de la prévention, levier majeur de la lutte contre les conduites addictives.
  • Développer l’accompagnement des populations concernées : l’accompagnement médico-social est essentiel dans le parcours de soins des personnes “addictes”, de leur prise en charge dans les services d’addictologie et de psychiatrie aux interventions pour les personnes détenues, ou encore par l’implication des familles.
  • Enfin, agir pour la lutte contre les trafics et l’application de la loi, piloté par la Préfecture.

 

 

Aller plus loin

Documents à télécharger